SIA 2022 – Colloque ODEADOM : Les Projets Alimentaires Territoriaux, un nouvel outil pour renforcer les filières agricoles ultramarines et tendre vers l’autonomie alimentaire en Outre-mer

Paris, 1er mars 2022 : A l’occasion du SIA, l’ODEADOM (L’Office de développement de l’économie agricole d’outre-mer) a organisé, le 1er mars, un colloque (1) sur l’intégration des filières agricoles dans les Projets Alimentaires Territoriaux qui a rassemblé plus de 130 participants. De nombreux professionnels agricoles et agroalimentaires ultramarines, de collectivités territoriales, de l’État et de la Présidence de la République étaient présents pour échanger sur comment renforcer l’intégration des filières agricoles dans les PAT pour développer la production et ainsi renforcer l’autonomie alimentaire des territoires d’Outre-Mer.

Comme en métropole, le nombre de Projets Alimentaires Territoriaux (PAT) ne cessent d’augmenter dans les territoires ultramarins : la Martinique en compte 4, la Guadeloupe 5, La Réunion 7 et la Guyane comme Mayotte 1 (2). Dans son propos introductif, Sophie Brocas, directrice générale des Outre-mer a réaffirmé que « les PAT sont des vecteurs de transformations de l’agriculture, et des accélérateurs vers l’autonomie alimentaire des Outre-Mer, objectif fixé par le Président de la République en 2019 ». Elle a également insisté sur l’importance des PAT pour faire évoluer les pratiques agricoles et alimentaires et pour « lier alimentation et territoires, production locale et circuit courts, car c’est à l’évidence une voie d’avenir qui suppose la mise en place d’un pack soudé, d’une équipe unie via un rapprochement des agriculteurs, des transformateurs, des distributeurs, des élus et de la population. »

Pour l’ensemble des intervenants du Colloque auquel assistait Mr François Guillotou de Kerever, conseiller Outre-mer à l’Élysée, les PAT représentent un des leviers pour renforcer la structuration des filières agroalimentaires, augmenter la production locale et ainsi limiter les importations et une réelle opportunité pour les acteurs du territoire de mettre en place une dynamique locale concertée faisant l’objet d’un accompagnement du ministère de l’agriculture (par le PNA ou France Relance).

Ce colloque a également été l’occasion pour certains représentants des filières organisées d’exprimer leurs inquiétudes sur le risque de déstabilisation des filières. Il apparaît donc indispensable qu’ils puissent être associés dès les premières phases de réflexions des PAT et tout au long du projet.

Les discussions se sont également orientées vers l’attention à porter à la question de l’échelle géographique des PAT. L’expérience de deux intervenants métropolitains a permis de mettre en évidence l’existence de questionnements partagés.

Bruno Ferreira, Directeur général de l’alimentation, a salué les initiatives de PAT comme « une démarche exemplaire qui permet de réunir tous les enjeux liés à l’alimentation ». Il a ajouté que c’est « parce qu’ils sont définis à partir des besoins des acteurs locaux qu’ils rencontrent un intérêt croissant. »

Le colloque a ainsi ouvert un espace d’échange indispensable entre acteurs (professionnels de l’agroalimentaire, administratifs, politiques, chercheurs) pour tendre vers un objectif partagé dans les DROM, celui d’une alimentation saine, durable et locale.

(1) Voir le programme du colloque

(2) Voir la plaquette sur les PAT ultramarins

1er mars 2022


L’ODEADOM AU SIA 2022

L’ODEADOM sera présent tout au long du Salon International de l’Agriculture, du 26 février au 6 mars, dans le hall 5.1 du parc des expositions porte de Versailles, au cœur de l’espace Outre-Mer.

L’office vous accueille tout au long de cette grande semaine pour informer, dialoguer, illustrer la diversité et la richesse de « l’archipel agricole de la France » engagé dans une transformation résolue.

Rencontre avec Bertrand Bègue, producteur d’ananas à La Réunion

23 février 2022


Dématérialisation des demandes d’aides POSEI STRUCTURATION DE L’ELEVAGE – Ouverture de dépôt pour le dossier de SOLDE de la campagne 2021

Le prochain dépôt de dossiers d’aide pour la structuration de l’élevage est ouvert sur la PAD (Plateforme d’Acquisition des Données).

Pour pourrez réaliser votre dépôt de dossier pour le solde de la Campagne 2021 sur la plateforme à partir du 7 février 2022 et jusqu’au 28 février 2022 (sans pénalité de retard).

Vous pouvez vous connecter au portail afin de vérifier que vous avez bien accès aux dispositifs de dépôt et que vous êtes toujours en possession de vos identifiants et mot de passe. Merci de revenir vers nous si vous rencontrez des difficultés d’accès au portail ou à votre compte utilisateur.

Quelques consignes relatives à ce dépôt :

  • Ce dépôt de dossier est entièrement dématérialisé. Il n’est pas nécessaire de remettre une copie papier de votre dossier auprès de la DAAF.
  • Il n’est pas nécessaire de reprendre la procédure d’inscription réalisée pour le premier dépôt. Vous pouvez accéder directement à votre compte en saisissant l’identifiant et le mot de passe définis lors de votre inscription de février.
  • Les pièces justificatives doivent être scannées une à une, sans oublier de page, et lisibles pour être déposées.

Nous vous rappelons que toute transmission de pièces justificatives / reversements relatives aux précédents dossiers déposés sur la PAD (dossiers d’acompte 1 et 2 – 2021) doit s’effectuer depuis le dispositif de dossier complémentaire.

Accéder au PAD : https://portailweb.franceagrimer.fr/portail/

En cas de difficultés ou de questions sur la procédure de dépôt, contactez Laure Lacour (laure.lacour@odeadom.fr) ou Marie Adamczewski (marie.adamczewski@odeadom.fr)

Consulter le guide utilisateur du PAD

7 février 2022


Lancement du second volet de l’Appel à projets national Ecophyto 2021 – 2022

Dans le cadre du plan Ecophyto II+, des appels à projets nationaux sont lancés chaque année pour soutenir des projets en faveur d’une réduction de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques, et de la limitation des risques et des impacts qui y sont liés.

Un appel à projets a ainsi été lancé par l’Office français de la biodiversité (OFB) et les ministères co-pilotes du plan en 2021. Il comprend plusieurs volets distincts et vise à subventionner des projets qui s’inscrivent dans les actions du plan Ecophyto en complément de ses actions structurantes (réseau des fermes DEPHY). Le premier volet a été lancé en octobre 2021 pour un montant total initial de 5,3 M€ (https://agriculture.gouv.fr/lancement-de-lappel-projets-national-ecophyto-2021-2022).

Un second volet de cet appel à projets national est lancé ce jour et porte exclusivement sur l’action 27 « construire avec les outre-mer une agro-écologie axée sur la réduction de l’utilisation, des risques et des impacts des produits phytopharmaceutiques ». Ce volet est doté d’une enveloppe indicative de 600 000 euros.

Télécharger le texte de présentation de l’appel à projets

Télécharger le règlement de l’appel à projets

1er février 2022


Recensement agricole 2020

Les premiers résultats régionaux du Recensement agricole 2020 sont parus mi-décembre. Nous proposons ici une première lecture croisée des résultats ultramarins, faisant ressortir certains enjeux forts pour ces territoires. Les évolutions et comparaisons présentées ici de manière descriptives resteront à analyser plus finement.

Les données détaillées de chaque territoire sont disponibles sur le site internet de chaque DAAF :

Guadeloupe

Martinique

Guyane

La Réunion

Mayotte

Télécharger la note de synthèse

5 janvier 2022


Lettre Océane n°26

Ce numéro s’ouvre par l’éditorial de Paul LUU, secrétaire exécutif de l’initiative 4 pour 1000 et se compose de plusieurs articles de fond dont un retour sur le dernier conseil d’administration de l’établissement et un focus sur le recensement agricole 2020. Vous pouvez dès à présent vous abonner en vous adressant au secrétariat de l‘ODEADOM (odeadom@odeadom.fr). Vous pouvez également en parler autour de vous, à vos collaborateurs, aux Organisations Professionnelles, et à toute personne susceptible d’être intéressée.

Télécharger la lettre Océane n°26

 


Recensement agricole 2020 : les premiers chiffres publiés (Plus de 26 000 exploitations agricoles recensés outre-mer pour 55 000 actifs permanents)

Le ministre de l’agriculture et de l’alimentation a présenté ce vendredi 10 décembre les premiers chiffres du recensement agricole de 2020 qui a couvert l’ensemble du territoire français. Cette opération statistique de grande envergure, réalisée au plus près des agriculteurs en métropole et dans les territoires ultramarins, permet de caractériser finement les exploitations agricoles et ainsi d’adapter les outils de politique publique agricole aux réalités locales.

L’outre-mer a fait l’objet d’un recensement au même titre que la métropole, avec des modalités d’enquête adaptées aux spécificités des territoires (questionnaire spécifique détaillé, intégralité de la collecte réalisée par des enquêteurs se déplaçant sur les exploitations). Les chiffres consolidés indiquent un nombre de 26 600 exploitations agricoles, dont la grande majorité sont des exploitations individuelles. La surface moyenne est de 5 ha, avec évidemment de grandes différences selon les territoires et les orientations de production. L’agriculture ultramarine emploie 55 000 actifs permanents dont la moitié sont des chefs d’exploitation ou co-exploitants.

Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020

Les chiffres détaillés, notamment par départements, seront disponibles dans les heures et jours à venir.


Ouverture le 13 décembre du dispositif « plan de relance » d’aide aux investissements de protection contre les aléas climatiques, adapté aux outre-mer

Le dispositif aléas climatiques vague 3 « DOM » ouvrira lundi 13 décembre à 14h, heure de Paris.


Consulter le dispositif géré par FranceAgriMer

Les matériels éligibles à ce dispositif d’aide sont :
– tous les investissements prévus dans le dispositif « aléas climatiques » des deux premiers programmes d’aides (ouverts entre janvier et novembre) ;
– augmentés de la liste de matériels supplémentaires dont certains spécifiques aux territoires ultramarins suite aux consultations de ce début d’année.