Conseil d’administration de l’ODEADOM des 22 et 23 novembre 2021

 

Le conseil d’administration de l’ODEADOM enfin réuni physiquement sous la présidence de Joël Sorres pour une séance riche et animée.

Le député européen Stéphane Bijoux et le conseiller au CESE Joël Destom venus mettre l’accent sur les enjeux européens à la veille de la présidence française de l’Union européenne.

Rendez-vous pris pour le SIA 2022.

 

Le conseil d’administration de l’ODEADOM s’est réuni physiquement à Montreuil, les 22 et 23 novembre 2021, pour la première fois de cette mandature débutée en 2020. Au-delà des points classiques du conseil d’automne, avec notamment l’approbation à l’unanimité du budget 2022 de l’établissement, les deux journées de réunion ont été l’occasion de débats importants et approfondis avec deux thématiques majeures

  • Les enjeux européens pour les outre-mer français au sein des « RUP » – régions ultrapériphériques – de l’Union européenne.

Le député européen Stéphane Bijoux, auteur du rapport du Parlement européen « une nouvelle stratégie européenne pour nos Outre-mer » et monsieur Joël Destom, membre du conseil économique et social européen (CESE), co-rapporteur d’un avis du CESE sur le thème des atouts des régions ultrapériphériques sont intervenus devant le conseil pour partager leurs approches et visions pour l’agriculture ultramarine. Leurs éclairages ont permis d’ouvrir les débats sur les approches européennes essentielles pour les filières agricoles des territoires. Cela a été un moment important, à la veille de la présidence française de l’Union européenne. Le président Sorres a souhaité que les préoccupations des filières agricoles ultramarines trouvent à cette occasion, un écho favorable.

  • La transformation agricole des outre-mer et l’évolution du programme national POSEI.

Le conseil a également permis d’ouvrir des débats de fond relatifs aux perspectives de moyen terme en matière de « transformation agricole des outre-mer ». Les débats ont été riches des contributions approfondies portées par chaque département. Des rapports d’experts commandés par les administrations ont également été mis en partage. Le panorama est assez complet et les constats posés clairement. Le Président Sorres a été invité par le ministre de l’agriculture et de l’alimentation et par le ministre des outre-mer à mettre à profit les instances de l’ODEADOM pour débattre de l’ensemble de ces propositions.

Au-delà, le conseil a aussi été l’occasion d’aborder les questions de préoccupation majeure pour les filières ultramarines, notamment les difficultés induites par les accroissements de coûts de fret qui impactent tous les secteurs ou les nécessités de trouver des voies techniques et règlementaires permettant d’éviter les impasses dans lesquelles se trouvent de nombreuses filières végétales, notamment la canne à sucre, dans le contexte de réduction des solutions herbicides.

La participation nombreuse et assidue à ce conseil d’administration, tous les territoires ultramarins étant fortement représentés à haut niveau, reste le meilleur gage d’appréciation des réalisations et des travaux de l’office. La prochaine séance aura lieu en février 2022, à l’occasion de la prochaine édition du Salon International de l’Agriculture qui reste le cadre de rassemblement annuel incontournable et au sein duquel l’ODEADOM sera nécessairement fortement présent


SEMINAIRE ECOPHYTO DOM 2021

S’est tenu les 25 et 26 octobre 2021 le webinaire Ecophyto DOM 2021 séquencé en deux demi-journées d’échanges sur les deux bassins : Mayotte- Réunion et Guadeloupe-Guyane-Martinique avec une séquence finale plénière de restitution en présence et avec la participation des professionnels des filières, de la recherche, des instituts techniques ainsi que des différents ministères et administrations concernées.
Différentes thématiques ont été abordées :

  • La Gouvernance, la comitologie et les objectifs à moyen-long terme du programme Ecophyto II+
  • Les différents contextes, enjeux et perspectives des actions du plan au sein des filières de chaque DOM
  • Les actions structurantes dans les DOM et état des lieux sur les usages mineurs
  • Les différents types d’outils de financement et de soutien

Dans l’objectif d’améliorer la visibilité et l’accessibilité des projets Ecophyto DOM, à l’appel à projet national 2022 Ecophyto II+, et une meilleure prise en considération de ces spécificités dans son action 27 DOM.


Dématérialisation des demandes d’aides POSEI STRUCTURATION ELEVAGE –Ouverture du dépôt de dossier pour l’acompte 2 (3e trimestre) de la campagne 2021

Le prochain dépôt de dossiers d’aide pour la structuration de l’élevage est bientôt ouvert sur le PAD (Plateforme d’Acquisition des Données).

Pour pourrez réaliser votre dépôt de dossier pour l’Acompte 2 de la Campagne 2021 sur la plateforme à partir du 12 OCTOBRE 2021 et jusqu’au 31 OCTOBRE 2021.

Vous pouvez dès à présent vous connecter au portail afin de vérifier que vous avez bien accès aux dispositifs de dépôt et que vous êtes toujours en possession de vos identifiants et mot de passe. Merci de revenir vers nous si vous rencontrez des difficultés d’accès au portail ou à votre compte utilisateur.

Quelques consignes relatives à ce dépôt :

  • Ce dépôt de dossier est entièrement dématérialisé. Il ne sera pas nécessaire de remettre une copie papier de votre dossier auprès de la DAAF.
  • Il n’est pas nécessaire de reprendre la procédure d’inscription au portail réalisée pour le premier dépôt. Vous pouvez accéder directement à votre compte en saisissant l’identifiant et le mot de passe définis lors de votre inscription de février.
  • Les pièces justificatives doivent être scannées une à une et lisibles pour être déposées.

Accéder au PAD : https://portailweb.franceagrimer.fr/portail/

Consulter le guide utilisateur du PAD

En cas de difficultés ou de questions sur la procédure de dépôt, contactez Laure Lacour (laure.lacour@odeadom.fr) ou Marie Adamczewski (marie.adamczewski@odeadom.fr)


Évaluation de l’ensemble des politiques de soutien en faveur de l’agriculture des régions ultrapériphériques et proposition de scénarii objectivés de transformation agricole de ces territoires permettant d’atteindre une autonomie alimentaire

Le rapport du CGAAER relatif à l’autonomie alimentaires des outre-mer vient d’être publié. Ce document contient quelques pistes de transformation agricole pour contenir puis réduire les importations alimentaires toujours croissantes des DROM.
 
 

France Relance : Lancement d’un appel à projets pour accompagner les exploitants ultra-marins dans la conversion de leurs agroéquipements

 

Dans le cadre du plan France Relance, Sébastien LECORNU, ministre des Outre-Mer, et Julien DENORMANDIE, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, annoncent l’ouverture pour les territoires d’Outre-Mer d’un appel à projets finançant la première prime à la conversion des agroéquipements. Ce programme permet aux agriculteurs, CUMA et entreprises de travaux agricoles de s’équiper en matériels performants pour substituer ou réduire l’utilisation d’intrants.

Télécharger le communiqué de presse


Lettre Océane n°25

Ce numéro s’ouvre par le mot du directeur de l’ODEADOM. Dans un second temps, une partie « interview » est quant à elle consacrée à la transformation agricole des outre-mer avec un entretien avec le délégué interministériel. Pour finir, vous découvrirez un dossier spécial mettant à l’honneur la Martinique. Vous pouvez dès à présent vous abonner en vous adressant au secrétariat de l‘ODEADOM (odeadom@odeadom.fr). Vous pouvez également en parler autour de vous, à vos collaborateurs, aux Organisations Professionnelles, et à toute personne susceptible d’être intéressée.

Télécharger la lettre Océane n°25


Rencontre du président du conseil d’administration de l’ODEADOM, Monsieur Joël Sorres avec Monsieur Julien Denormandie, ministre de l’agriculture et de l’alimentation du 25 juin 2021

Monsieur Joël Sorrès, président du conseil d’administration de l’ODEADOM, a rencontré vendredi 25 juin Monsieur. Julien Denormandie, ministre de l’agriculture et de l’alimentation pour aborder les principaux dossiers agricoles ultramarins et les travaux de l’office.

Participaient le directeur de cabinet du ministre, M. Rigoulet-Roze, la conseillère référente outre-mer Mme Querrec et le directeur de l’ODEADOM M. Andrieu.

L’échange a permis notamment d’acter la progression des travaux pour la transformation agricole des outre-mer et d’évoquer les évolutions attendues du programme européen POSEI. La mobilisation très importante des autorités françaises et des acteurs agricoles permet aujourd’hui de compter sur un programme européen POSEI stabilisé avec une enveloppe budgétaire préservée, ce qui était loin d’être acquis il y a seulement quelques mois. Au plan national, les dotations complémentaires ont été dégagées en 2020 et 2021, au-delà des niveaux annoncés, permettant de répondre aux demandes des filières qui sont en forte progression, cette progression témoignant du dynamisme des acteurs et de leur mobilisation et leur résilience au cours de la crise sanitaire. En 2020 plus de 46 M€ de crédits complémentaires destinés aux filières diversifiées ont ainsi été versés, ce seront plus de 51 M€ en 2021.

Pour autant des travaux de fond sont actuellement engagés, dans les territoires par les comités de transformation, et au plan national par les ministères avec la collaboration du CIRAD, du CGAAER, et de l’Office. Ceux-ci doivent permettre de réexaminer et faire évoluer les outils d’accompagnement des secteurs agricoles afin de garantir leur adéquation avec l’ambition partagée d’autonomie alimentaire des territoires, d’excellence environnementale et de contribution majeure à l’économie et à l’emploi. Le ministre a notamment rappelé au président Sorrès qu’il entendait pouvoir continuer à s’appuyer sur les instances de concertation de l’ODEADOM qui sont associés à ces travaux.

Portant la voie des différentes filières et des différents territoires, M. Sorrès l’a assuré de la volonté de construction qui émane des travaux des conseil et comités de l’office, de la pleine adéquation de tous avec les axes d’orientation pour cette transformation et de l’attachement à pouvoir s’appuyer sur des approches collectives de filières.

Le président Sorrès a rappelé la préoccupation des filières végétales, notamment celle de la canne à sucre mais pas seulement, quant à la disponibilité de solutions phytosanitaires pour ces cultures, actuellement compromise ce qui fait craindre des impasses de solutions techniques à court terme et une fragilisation excessive des filières.

Il a par ailleurs rappelé les difficultés actuelles auxquelles de nombreuses filières sont confrontées face à l’accroissement du coût du fret. C’est notamment le cas pour les filières animales, à la fois pour les disponibilités en animaux d’élevage et de renouvellement, et pour l’alimentation animale. La situation étant d’autant plus tendue que les prix des matières premières concentrées sont actuellement élevés.

Enfin le ministre a rappelé toute l’attention qu’il porte à l’établissement ODEADOM et au bon fonctionnement de ses instances de concertation. Leur renouvellement au cours des derniers mois dans de très bonnes conditions augurent de travaux de collaborations approfondis pour les nouvelles mandatures de ses membres.


Publication d’un rapport des inspections générales (finances, écologie, agriculture) sur l’avenir de la filière sucre en outre-mer

Comme annoncé lors du comité national de transformation agricole des outre-mer du 5 novembre 2020, une mission sur l’avenir de la filière sucre outre-mer a été confiée à l’Inspection générale des finances, au Conseil général de l’environnement et du développement durable et au Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux. Le rapport a été mis en ligne cet été sur le site du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation.

Consulter le rapport