France Relance : Lancement d’un appel à projets pour accompagner les exploitants ultra-marins dans la conversion de leurs agroéquipements

 

Dans le cadre du plan France Relance, Sébastien LECORNU, ministre des Outre-Mer, et Julien DENORMANDIE, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, annoncent l’ouverture pour les territoires d’Outre-Mer d’un appel à projets finançant la première prime à la conversion des agroéquipements. Ce programme permet aux agriculteurs, CUMA et entreprises de travaux agricoles de s’équiper en matériels performants pour substituer ou réduire l’utilisation d’intrants.

Télécharger le communiqué de presse


Lettre Océane n°25

Ce numéro s’ouvre par le mot du directeur de l’ODEADOM. Dans un second temps, une partie « interview » est quant à elle consacrée à la transformation agricole des outre-mer avec un entretien avec le délégué interministériel. Pour finir, vous découvrirez un dossier spécial mettant à l’honneur la Martinique. Vous pouvez dès à présent vous abonner en vous adressant au secrétariat de l‘ODEADOM (odeadom@odeadom.fr). Vous pouvez également en parler autour de vous, à vos collaborateurs, aux Organisations Professionnelles, et à toute personne susceptible d’être intéressée.

Télécharger la lettre Océane n°25


Rencontre du président du conseil d’administration de l’ODEADOM, Monsieur Joël Sorres avec Monsieur Julien Denormandie, ministre de l’agriculture et de l’alimentation du 25 juin 2021

Monsieur Joël Sorrès, président du conseil d’administration de l’ODEADOM, a rencontré vendredi 25 juin Monsieur. Julien Denormandie, ministre de l’agriculture et de l’alimentation pour aborder les principaux dossiers agricoles ultramarins et les travaux de l’office.

Participaient le directeur de cabinet du ministre, M. Rigoulet-Roze, la conseillère référente outre-mer Mme Querrec et le directeur de l’ODEADOM M. Andrieu.

L’échange a permis notamment d’acter la progression des travaux pour la transformation agricole des outre-mer et d’évoquer les évolutions attendues du programme européen POSEI. La mobilisation très importante des autorités françaises et des acteurs agricoles permet aujourd’hui de compter sur un programme européen POSEI stabilisé avec une enveloppe budgétaire préservée, ce qui était loin d’être acquis il y a seulement quelques mois. Au plan national, les dotations complémentaires ont été dégagées en 2020 et 2021, au-delà des niveaux annoncés, permettant de répondre aux demandes des filières qui sont en forte progression, cette progression témoignant du dynamisme des acteurs et de leur mobilisation et leur résilience au cours de la crise sanitaire. En 2020 plus de 46 M€ de crédits complémentaires destinés aux filières diversifiées ont ainsi été versés, ce seront plus de 51 M€ en 2021.

Pour autant des travaux de fond sont actuellement engagés, dans les territoires par les comités de transformation, et au plan national par les ministères avec la collaboration du CIRAD, du CGAAER, et de l’Office. Ceux-ci doivent permettre de réexaminer et faire évoluer les outils d’accompagnement des secteurs agricoles afin de garantir leur adéquation avec l’ambition partagée d’autonomie alimentaire des territoires, d’excellence environnementale et de contribution majeure à l’économie et à l’emploi. Le ministre a notamment rappelé au président Sorrès qu’il entendait pouvoir continuer à s’appuyer sur les instances de concertation de l’ODEADOM qui sont associés à ces travaux.

Portant la voie des différentes filières et des différents territoires, M. Sorrès l’a assuré de la volonté de construction qui émane des travaux des conseil et comités de l’office, de la pleine adéquation de tous avec les axes d’orientation pour cette transformation et de l’attachement à pouvoir s’appuyer sur des approches collectives de filières.

Le président Sorrès a rappelé la préoccupation des filières végétales, notamment celle de la canne à sucre mais pas seulement, quant à la disponibilité de solutions phytosanitaires pour ces cultures, actuellement compromise ce qui fait craindre des impasses de solutions techniques à court terme et une fragilisation excessive des filières.

Il a par ailleurs rappelé les difficultés actuelles auxquelles de nombreuses filières sont confrontées face à l’accroissement du coût du fret. C’est notamment le cas pour les filières animales, à la fois pour les disponibilités en animaux d’élevage et de renouvellement, et pour l’alimentation animale. La situation étant d’autant plus tendue que les prix des matières premières concentrées sont actuellement élevés.

Enfin le ministre a rappelé toute l’attention qu’il porte à l’établissement ODEADOM et au bon fonctionnement de ses instances de concertation. Leur renouvellement au cours des derniers mois dans de très bonnes conditions augurent de travaux de collaborations approfondis pour les nouvelles mandatures de ses membres.


Publication d’un rapport des inspections générales (finances, écologie, agriculture) sur l’avenir de la filière sucre en outre-mer

Comme annoncé lors du comité national de transformation agricole des outre-mer du 5 novembre 2020, une mission sur l’avenir de la filière sucre outre-mer a été confiée à l’Inspection générale des finances, au Conseil général de l’environnement et du développement durable et au Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux. Le rapport a été mis en ligne cet été sur le site du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation.

Consulter le rapport


Dématérialisation des demandes d’aides POSEI ELEVAGE

Ouverture du dépôt de dossier pour l’Acompte 1 (1er semestre) de la campagne 2021.

Le prochain dépôt de dossiers d’aide pour la structuration de l’élevage est bientôt ouvert sur le PAD (Plateforme d’Acquisition des Données).

Pour pourrez réaliser votre dépôt de dossier pour l’Acompte 1 de la Campagne 2021 sur la plateforme à partir du 12 juillet 2021 et jusqu’au 31 juillet 2021.

Vous pouvez dès à présent vous connecter au portail afin de vérifier que vous avez bien accès aux dispositifs de dépôt et que vous êtes toujours en possession de vos identifiants et mot de passe. Merci de revenir vers nous si vous rencontrez des difficultés d’accès au portail ou à votre compte utilisateur.

Quelques consignes relatives à ce dépôt :

  • Ce second dépôt de dossier est entièrement dématérialisé. Il ne sera pas nécessaire de remettre une copie papier de votre dossier auprès de la DAAF.
  • Il n’est pas nécessaire de reprendre la procédure d’inscription réalisée pour le premier dépôt. Vous pouvez accéder directement à votre compte en saisissant l’identifiant et le mot de passe définis lors de votre inscription de février.
  • Les pièces justificatives doivent être scannées une à une et lisibles pour être déposées.

Accéder au PAD : https://portailweb.franceagrimer.fr/portail/

Consulter le guide utilisateur du PAD

Suite au premier dépôt, quelques évolutions ont été apportées à l’outil : consultez ici la la note d’évolutions pour en prendre connaissance

En cas de difficultés ou de questions sur la procédure de dépôt, contactez Laure Lacour (laure.lacour@odeadom.fr) ou Marie Adamczewski (marie.adamczewski@odeadom.fr).


Lettre Océane n°24

Ce numéro s’ouvre par un éditorial du Ministre des outre-mer ainsi que du nouveau Président du conseil d’administration. Dans un second temps, une partie « interview » est quant à elle consacrée à la transformation agricole des outre-mer. Pour finir, vous découvrirez un dossier spécial mettant à l’honneur la Guyane. Vous pouvez dès à présent vous abonner en vous adressant au secrétariat de l‘ODEADOM (odeadom@odeadom.fr). Vous pouvez également en parler autour de vous, à vos collaborateurs, aux Organisations Professionnelles, et à toute personne susceptible d’être intéressée.

Télécharger la lettre Océane n°24


Comités sectoriels de l’ODEADOM – Premières réunions de la nouvelle mandature

Les quatre comités sectoriels de l’ODEADOM ont été réunis entre le 12 et 16 avril pour des réunions permettant des débats approfondis, filière par filière, quant aux évolutions en cours et autour des politiques publiques en direction des outre-mer. Ces comités sectoriels réunissent représentants professionnels, administrations et experts selon les champs suivants : filière banane, filières canne à sucre (canne sucre rhum), filières végétales diversifiées (hors canne et banane), filières animales.

La réunion inaugurale de cette mandature a permis en premier lieu d’élire les quatre présidents qui piloteront ces comités :

Monsieur Nicolas Marraud de Grottes (Martinique) pour la filière banane

Monsieur Florent Thibault (Réunion) pour les filières canne à sucre

Monsieur Henri Lebon (Réunion) pour les filières animales

Monsieur Bernard Sinitambirivoutin (Guadeloupe) pour les filières végétales diversifiées.

Dans chaque comité, des débats ont pu s’ouvrir autour du programme POSEI, à partir d’une note d’analyse produite par l’ODEADOM, en profitant notamment de l’éclairage de la délégation interministériel à la transformation agricole de l’outre-mer représentée par Arnaud Martrenchar qui a replacé les travaux des comités au sein de la démarche d’ensemble de transformation portée par le gouvernement. Dans chaque comité, la nécessité d’approfondir le débat a été soulignée, parfois en relançant une démarche de projets de filières interdom.

Pour la filière banane, les préoccupations restent fortes face à l’explosion depuis fin 2020 d’une maladie fongique, la cercosporiose noire, dont la gestion est rendue difficile par la restriction d’usage des produits fongicides et l’effeuillage manuel sévère des bananiers qui limitent fortement les capacités de production. Les prochaines années seront difficiles, dans l’attente de variétés tolérantes à la maladie et commercialement viables.

La filière canne, dans le cadre des comités locaux de transformation, poursuit sa réflexion autour d’une production plus durable, voire biologique. Les problématiques d’enherbement et de coût de main d’œuvre restent les plus prégnantes. Les freins au développement de l’agriculture biologique ont été discutés au sein du comité avec l’INAO.

Dans le secteur de l’élevage, ont été mis en avant des développements hétérogènes mais parfois très importants au cours de l’année 2020 alors que la demande de produits locaux s’est renforcé, de fortes attentes ont été exprimées quant à l’accompagnement public à ces filières. Le rôle important joué par le réseau de référence piloté par l’institut de l’élevage a été mis en avant alors que les perspectives pour ce réseau seront à fixer en 2021.

Pour les filières végétales, les attentes et préoccupations en terme d’organisation de la production ont été débattues dans le contexte d’une recherche d’autonomie alimentaire dans les territoires, de même que la nécessité de poursuite de l’accompagnement public. La nécessité d’une attention particulière à porter au développement des filières végétales à Mayotte a été identifiée dans le contexte particulier de l’île. L’ACTA a pu faire un point complet de ses réalisations au sein du réseau de référence depuis 2014.

Le président du CTIFL a annoncé le développement de son soutien en Guyane via un poste d’ingénieur, pour les Antilles-Guyane.


Freins et leviers à l’autosuffisance alimentaire dans les DOM : parution de l’étude AFD – CIRAD

L’AFD, sur un financement du Ministère des Outre-Mer, a commandé au Cirad une étude portant sur les nouveaux modèles agricoles des DROM. Elle doit permettre, en complément de différentes autres initiatives, d’éclairer l’élaboration d’une stratégie d’évolution de la politique agricole pour aller vers l’autonomie alimentaire à l’horizon 2030 (objectif annoncé par le Président de la République lors de son déplacement à La Réunion en octobre 2019).

Télécharger l’étude DROM