Recensement agricole 2020

Les premiers résultats régionaux du Recensement agricole 2020 sont parus mi-décembre. Nous proposons ici une première lecture croisée des résultats ultramarins, faisant ressortir certains enjeux forts pour ces territoires. Les évolutions et comparaisons présentées ici de manière descriptives resteront à analyser plus finement.

Les données détaillées de chaque territoire sont disponibles sur le site internet de chaque DAAF :

Guadeloupe

Martinique

Guyane

La Réunion

Mayotte

Télécharger la note de synthèse


Lettre Océane n°26

Ce numéro s’ouvre par l’éditorial de Paul LUU, secrétaire exécutif de l’initiative 4 pour 1000 et se compose de plusieurs articles de fond dont un retour sur le dernier conseil d’administration de l’établissement et un focus sur le recensement agricole 2020. Vous pouvez dès à présent vous abonner en vous adressant au secrétariat de l‘ODEADOM (odeadom@odeadom.fr). Vous pouvez également en parler autour de vous, à vos collaborateurs, aux Organisations Professionnelles, et à toute personne susceptible d’être intéressée.

Télécharger la lettre Océane n°26

 


Recensement agricole 2020 : les premiers chiffres publiés (Plus de 26 000 exploitations agricoles recensés outre-mer pour 55 000 actifs permanents)

Le ministre de l’agriculture et de l’alimentation a présenté ce vendredi 10 décembre les premiers chiffres du recensement agricole de 2020 qui a couvert l’ensemble du territoire français. Cette opération statistique de grande envergure, réalisée au plus près des agriculteurs en métropole et dans les territoires ultramarins, permet de caractériser finement les exploitations agricoles et ainsi d’adapter les outils de politique publique agricole aux réalités locales.

L’outre-mer a fait l’objet d’un recensement au même titre que la métropole, avec des modalités d’enquête adaptées aux spécificités des territoires (questionnaire spécifique détaillé, intégralité de la collecte réalisée par des enquêteurs se déplaçant sur les exploitations). Les chiffres consolidés indiquent un nombre de 26 600 exploitations agricoles, dont la grande majorité sont des exploitations individuelles. La surface moyenne est de 5 ha, avec évidemment de grandes différences selon les territoires et les orientations de production. L’agriculture ultramarine emploie 55 000 actifs permanents dont la moitié sont des chefs d’exploitation ou co-exploitants.

Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020

Les chiffres détaillés, notamment par départements, seront disponibles dans les heures et jours à venir.


Ouverture le 13 décembre du dispositif « plan de relance » d’aide aux investissements de protection contre les aléas climatiques, adapté aux outre-mer

Le dispositif aléas climatiques vague 3 « DOM » ouvrira lundi 13 décembre à 14h, heure de Paris.


Consulter le dispositif géré par FranceAgriMer

Les matériels éligibles à ce dispositif d’aide sont :
– tous les investissements prévus dans le dispositif « aléas climatiques » des deux premiers programmes d’aides (ouverts entre janvier et novembre) ;
– augmentés de la liste de matériels supplémentaires dont certains spécifiques aux territoires ultramarins suite aux consultations de ce début d’année.


Conseil d’administration de l’ODEADOM des 22 et 23 novembre 2021

 

Le conseil d’administration de l’ODEADOM enfin réuni physiquement sous la présidence de Joël Sorres pour une séance riche et animée.

Le député européen Stéphane Bijoux et le conseiller au CESE Joël Destom venus mettre l’accent sur les enjeux européens à la veille de la présidence française de l’Union européenne.

Rendez-vous pris pour le SIA 2022.

 

Le conseil d’administration de l’ODEADOM s’est réuni physiquement à Montreuil, les 22 et 23 novembre 2021, pour la première fois de cette mandature débutée en 2020. Au-delà des points classiques du conseil d’automne, avec notamment l’approbation à l’unanimité du budget 2022 de l’établissement, les deux journées de réunion ont été l’occasion de débats importants et approfondis avec deux thématiques majeures

  • Les enjeux européens pour les outre-mer français au sein des « RUP » – régions ultrapériphériques – de l’Union européenne.

Le député européen Stéphane Bijoux, auteur du rapport du Parlement européen « une nouvelle stratégie européenne pour nos Outre-mer » et monsieur Joël Destom, membre du conseil économique et social européen (CESE), co-rapporteur d’un avis du CESE sur le thème des atouts des régions ultrapériphériques sont intervenus devant le conseil pour partager leurs approches et visions pour l’agriculture ultramarine. Leurs éclairages ont permis d’ouvrir les débats sur les approches européennes essentielles pour les filières agricoles des territoires. Cela a été un moment important, à la veille de la présidence française de l’Union européenne. Le président Sorres a souhaité que les préoccupations des filières agricoles ultramarines trouvent à cette occasion, un écho favorable.

  • La transformation agricole des outre-mer et l’évolution du programme national POSEI.

Le conseil a également permis d’ouvrir des débats de fond relatifs aux perspectives de moyen terme en matière de « transformation agricole des outre-mer ». Les débats ont été riches des contributions approfondies portées par chaque département. Des rapports d’experts commandés par les administrations ont également été mis en partage. Le panorama est assez complet et les constats posés clairement. Le Président Sorres a été invité par le ministre de l’agriculture et de l’alimentation et par le ministre des outre-mer à mettre à profit les instances de l’ODEADOM pour débattre de l’ensemble de ces propositions.

Au-delà, le conseil a aussi été l’occasion d’aborder les questions de préoccupation majeure pour les filières ultramarines, notamment les difficultés induites par les accroissements de coûts de fret qui impactent tous les secteurs ou les nécessités de trouver des voies techniques et règlementaires permettant d’éviter les impasses dans lesquelles se trouvent de nombreuses filières végétales, notamment la canne à sucre, dans le contexte de réduction des solutions herbicides.

La participation nombreuse et assidue à ce conseil d’administration, tous les territoires ultramarins étant fortement représentés à haut niveau, reste le meilleur gage d’appréciation des réalisations et des travaux de l’office. La prochaine séance aura lieu en février 2022, à l’occasion de la prochaine édition du Salon International de l’Agriculture qui reste le cadre de rassemblement annuel incontournable et au sein duquel l’ODEADOM sera nécessairement fortement présent


SEMINAIRE ECOPHYTO DOM 2021

S’est tenu les 25 et 26 octobre 2021 le webinaire Ecophyto DOM 2021 séquencé en deux demi-journées d’échanges sur les deux bassins : Mayotte- Réunion et Guadeloupe-Guyane-Martinique avec une séquence finale plénière de restitution en présence et avec la participation des professionnels des filières, de la recherche, des instituts techniques ainsi que des différents ministères et administrations concernées.
Différentes thématiques ont été abordées :

  • La Gouvernance, la comitologie et les objectifs à moyen-long terme du programme Ecophyto II+
  • Les différents contextes, enjeux et perspectives des actions du plan au sein des filières de chaque DOM
  • Les actions structurantes dans les DOM et état des lieux sur les usages mineurs
  • Les différents types d’outils de financement et de soutien

Dans l’objectif d’améliorer la visibilité et l’accessibilité des projets Ecophyto DOM, à l’appel à projet national 2022 Ecophyto II+, et une meilleure prise en considération de ces spécificités dans son action 27 DOM.


Dématérialisation des demandes d’aides POSEI STRUCTURATION ELEVAGE –Ouverture du dépôt de dossier pour l’acompte 2 (3e trimestre) de la campagne 2021

Le prochain dépôt de dossiers d’aide pour la structuration de l’élevage est bientôt ouvert sur le PAD (Plateforme d’Acquisition des Données).

Pour pourrez réaliser votre dépôt de dossier pour l’Acompte 2 de la Campagne 2021 sur la plateforme à partir du 12 OCTOBRE 2021 et jusqu’au 31 OCTOBRE 2021.

Vous pouvez dès à présent vous connecter au portail afin de vérifier que vous avez bien accès aux dispositifs de dépôt et que vous êtes toujours en possession de vos identifiants et mot de passe. Merci de revenir vers nous si vous rencontrez des difficultés d’accès au portail ou à votre compte utilisateur.

Quelques consignes relatives à ce dépôt :

  • Ce dépôt de dossier est entièrement dématérialisé. Il ne sera pas nécessaire de remettre une copie papier de votre dossier auprès de la DAAF.
  • Il n’est pas nécessaire de reprendre la procédure d’inscription au portail réalisée pour le premier dépôt. Vous pouvez accéder directement à votre compte en saisissant l’identifiant et le mot de passe définis lors de votre inscription de février.
  • Les pièces justificatives doivent être scannées une à une et lisibles pour être déposées.

Accéder au PAD : https://portailweb.franceagrimer.fr/portail/

Consulter le guide utilisateur du PAD

En cas de difficultés ou de questions sur la procédure de dépôt, contactez Laure Lacour (laure.lacour@odeadom.fr) ou Marie Adamczewski (marie.adamczewski@odeadom.fr)


Évaluation de l’ensemble des politiques de soutien en faveur de l’agriculture des régions ultrapériphériques et proposition de scénarii objectivés de transformation agricole de ces territoires permettant d’atteindre une autonomie alimentaire

Le rapport du CGAAER relatif à l’autonomie alimentaires des outre-mer vient d’être publié. Ce document contient quelques pistes de transformation agricole pour contenir puis réduire les importations alimentaires toujours croissantes des DROM.
 
 

France Relance : Lancement d’un appel à projets pour accompagner les exploitants ultra-marins dans la conversion de leurs agroéquipements

 

Dans le cadre du plan France Relance, Sébastien LECORNU, ministre des Outre-Mer, et Julien DENORMANDIE, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, annoncent l’ouverture pour les territoires d’Outre-Mer d’un appel à projets finançant la première prime à la conversion des agroéquipements. Ce programme permet aux agriculteurs, CUMA et entreprises de travaux agricoles de s’équiper en matériels performants pour substituer ou réduire l’utilisation d’intrants.

Télécharger le communiqué de presse