Actualités 2021


Dématérialisation des demandes d’aides POSEI ELEVAGE

Ouverture du dépôt de dossier pour l’Acompte 1 (1er semestre) de la campagne 2021.

Le prochain dépôt de dossiers d’aide pour la structuration de l’élevage est bientôt ouvert sur le PAD (Plateforme d’Acquisition des Données).

Pour pourrez réaliser votre dépôt de dossier pour l’Acompte 1 de la Campagne 2021 sur la plateforme à partir du 12 juillet 2021 et jusqu’au 31 juillet 2021.

Vous pouvez dès à présent vous connecter au portail afin de vérifier que vous avez bien accès aux dispositifs de dépôt et que vous êtes toujours en possession de vos identifiants et mot de passe. Merci de revenir vers nous si vous rencontrez des difficultés d’accès au portail ou à votre compte utilisateur.

Quelques consignes relatives à ce dépôt :

  • Ce second dépôt de dossier est entièrement dématérialisé. Il ne sera pas nécessaire de remettre une copie papier de votre dossier auprès de la DAAF.
  • Il n’est pas nécessaire de reprendre la procédure d’inscription réalisée pour le premier dépôt. Vous pouvez accéder directement à votre compte en saisissant l’identifiant et le mot de passe définis lors de votre inscription de février.
  • Les pièces justificatives doivent être scannées une à une et lisibles pour être déposées.

Accéder au PAD : https://portailweb.franceagrimer.fr/portail/

Consulter le guide utilisateur du PAD

Suite au premier dépôt, quelques évolutions ont été apportées à l’outil : consultez ici la la note d’évolutions pour en prendre connaissance

En cas de difficultés ou de questions sur la procédure de dépôt, contactez Laure Lacour (laure.lacour@odeadom.fr) ou Marie Adamczewski (marie.adamczewski@odeadom.fr).


Lettre Océane n°24

Ce numéro s’ouvre par un éditorial du Ministre des outre-mer ainsi que du nouveau Président du conseil d’administration. Dans un second temps, une partie « interview » est quant à elle consacrée à la transformation agricole des outre-mer. Pour finir, vous découvrirez un dossier spécial mettant à l’honneur la Guyane. Vous pouvez dès à présent vous abonner en vous adressant au secrétariat de l‘ODEADOM (odeadom@odeadom.fr). Vous pouvez également en parler autour de vous, à vos collaborateurs, aux Organisations Professionnelles, et à toute personne susceptible d’être intéressée.

Télécharger la lettre Océane n°24


Comités sectoriels de l’ODEADOM – Premières réunions de la nouvelle mandature

Les quatre comités sectoriels de l’ODEADOM ont été réunis entre le 12 et 16 avril pour des réunions permettant des débats approfondis, filière par filière, quant aux évolutions en cours et autour des politiques publiques en direction des outre-mer. Ces comités sectoriels réunissent représentants professionnels, administrations et experts selon les champs suivants : filière banane, filières canne à sucre (canne sucre rhum), filières végétales diversifiées (hors canne et banane), filières animales.

La réunion inaugurale de cette mandature a permis en premier lieu d’élire les quatre présidents qui piloteront ces comités :

Monsieur Nicolas Marraud de Grottes (Martinique) pour la filière banane

Monsieur Florent Thibault (Réunion) pour les filières canne à sucre

Monsieur Henri Lebon (Réunion) pour les filières animales

Monsieur Bernard Sinitambirivoutin (Guadeloupe) pour les filières végétales diversifiées.

Dans chaque comité, des débats ont pu s’ouvrir autour du programme POSEI, à partir d’une note d’analyse produite par l’ODEADOM, en profitant notamment de l’éclairage de la délégation interministériel à la transformation agricole de l’outre-mer représentée par Arnaud Martrenchar qui a replacé les travaux des comités au sein de la démarche d’ensemble de transformation portée par le gouvernement. Dans chaque comité, la nécessité d’approfondir le débat a été soulignée, parfois en relançant une démarche de projets de filières interdom.

Pour la filière banane, les préoccupations restent fortes face à l’explosion depuis fin 2020 d’une maladie fongique, la cercosporiose noire, dont la gestion est rendue difficile par la restriction d’usage des produits fongicides et l’effeuillage manuel sévère des bananiers qui limitent fortement les capacités de production. Les prochaines années seront difficiles, dans l’attente de variétés tolérantes à la maladie et commercialement viables.

La filière canne, dans le cadre des comités locaux de transformation, poursuit sa réflexion autour d’une production plus durable, voire biologique. Les problématiques d’enherbement et de coût de main d’œuvre restent les plus prégnantes. Les freins au développement de l’agriculture biologique ont été discutés au sein du comité avec l’INAO.

Dans le secteur de l’élevage, ont été mis en avant des développements hétérogènes mais parfois très importants au cours de l’année 2020 alors que la demande de produits locaux s’est renforcé, de fortes attentes ont été exprimées quant à l’accompagnement public à ces filières. Le rôle important joué par le réseau de référence piloté par l’institut de l’élevage a été mis en avant alors que les perspectives pour ce réseau seront à fixer en 2021.

Pour les filières végétales, les attentes et préoccupations en terme d’organisation de la production ont été débattues dans le contexte d’une recherche d’autonomie alimentaire dans les territoires, de même que la nécessité de poursuite de l’accompagnement public. La nécessité d’une attention particulière à porter au développement des filières végétales à Mayotte a été identifiée dans le contexte particulier de l’île. L’ACTA a pu faire un point complet de ses réalisations au sein du réseau de référence depuis 2014.

Le président du CTIFL a annoncé le développement de son soutien en Guyane via un poste d’ingénieur, pour les Antilles-Guyane.


Freins et leviers à l’autosuffisance alimentaire dans les DOM : parution de l’étude AFD – CIRAD

L’AFD, sur un financement du Ministère des Outre-Mer, a commandé au Cirad une étude portant sur les nouveaux modèles agricoles des DROM. Elle doit permettre, en complément de différentes autres initiatives, d’éclairer l’élaboration d’une stratégie d’évolution de la politique agricole pour aller vers l’autonomie alimentaire à l’horizon 2030 (objectif annoncé par le Président de la République lors de son déplacement à La Réunion en octobre 2019).

Télécharger l’étude DROM

 


Appel à projets Biodiv’éco lancé par l’Office français pour la biodiversité (OFB)

Cet AAP, auquel le MAA participera  en tant que membre du comité de sélection, est destiné aux entreprises, créateurs d’entreprises, associations ou collectivités territoriales basés dans les territoires ultramarins. Il a un double objectif :

  • Identifier, faire émerger et accompagner des projets économiques basés sur la biodiversité et dans le respect de celle-ci, sur des filières économiques pré-identifiées : agro-écologie et agro-transformation, forêt-bois, pêche-aquaculture, biotechnologies vertes, cosmétique responsable ou encore éco-tourisme ;
  • Initier une dynamique territoriale en créant un écosystème de partenaires dans le domaine du développement économique et de la biodiversité dans chacun des territoires concernés.

Il s’agit de mettre en lumière et de développer un minimum de 10 projets économiques ayant l’ambition de préserver et restaurer la biodiversité. L’appel à projets vise à soutenir des projets dans leur phase de pré-amorçage et d’amorçage et de développer les projets de structuration de filières économiques en lien avec la biodiversité.
Dans ce cadre, l’action de l’OFB, qu’elle soit technique ou financière, aura un effet levier important pour la mobilisation d’autres fonds. La dynamique d’échanges initiée dans le cadre de cet appel à projets, à l’interface entre biodiversité et économie, contribuera à créer les conditions d’un environnement propice au portage de projets ambitieux.

—————————————————————–

Modalités de l’appel à projets

  • Territoires éligibles : Guyane, Martinique, Guadeloupe, Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon
  • Eligibilité des porteurs de projet : Tous les acteurs ayant un projet économique pour et par la biodiversité qu’ils soient créateurs d’entreprise, entreprises, associations ou collectivités territoriales…
  • Montant de la dotation financière : de 5 000 à 50 000 euros
  • Dépôt des candidatures : Les porteurs de projet peuvent déposer leurs candidatures à partir du 15 mars et jusqu’au 2 mai 2021
    Dossier de candidature à remplir et déposer en ligne uniquement sur la plateforme démarches simplifiées
  • Annonce des lauréats : semaine du 12 juillet 2021
  • Contact : Equipe ingénierie de projets « économie et biodiversité » : eco-biodiv@ofb.gouv.fr

Documents à télécharger :


Rapport d’activité 2020

L’établissement vient de publier son rapport d’activité pour l’année 2020. Ce rapport régulier est le récit d’un an d’activité de l’établissement dans l’exercice de ses missions au service d’une politique publique forte et au service des partenaires professionnels agricoles dans les outre-mer de « l’Archipel France ».

L’année 2020 a été une année inédite et souvent éprouvante à de multiples points de vue, compte tenu de la crise sanitaire de la Covid-19. Cette pandémie a imposé aux acteurs ultramarins des efforts permanents d’adaptation et de réponses aux enjeux particuliers de la période. Elle a imposé à l’office de bâtir des solutions nouvelles pour répondre avec réactivité et exigence aux besoins des territoires ultramarins. L’accompagnement des organisations et des entreprises ultramarines et la mobilisation de l’office auprès de ses partenaires a été sans doute plus que jamais d’actualité. L’intérêt de la production locale et l’enjeu incontournable de la souveraineté alimentaire a été d’autant plus mis en lumière lors de cette pandémie par les filières agricoles et par les consommateurs des territoires d’outre-mer.

Télécharger le rapport d’activité


Conseil d’administration de l’ODEADOM du 8 mars 2021

Le nouveau conseil d’administration de l’ODEADOM, sous la présidence de M. Joël Sorrès, s’est réuni en visioconférence 8 mars 2021.

Lors de ce conseil qui s’est réuni une nouvelle fois en visioconférence avec l’ensemble des territoires ultramarins, les différents points portés à l’ordre du jour ont été abordés. Le conseil a notamment débattu d’une analyse du programme POSEI et de ses perspectives d’évolution dans le cadre de la transformation agricole des outre-mer. Cet aspect sera prolongé, à partir des contributions des différents territoires, dans le cadre du comité national de transformation agricole des outre-mer, à la mi année 2021. En appui aux filières ultramarines, l’observatoire de l’économie agricole des outre-mer a présenté ses travaux, ses publications et ses perspective d’études pour l’année 2021. Enfin, le conseil a pu aborder les différents volets de la vie de l’établissement qu’il administre et notamment l’adoption des comptes de l’année 2020 et le suivi du contrat d’objectif et de performance qui a fixé les missions assignées à l’ODEADOM pour la période 2019-2023.

Rendez-vous est pris pour la prochaine réunion du conseil en novembre 2021 que tous souhaitent pouvoir se tenir en présence de tous à Montreuil.


FRANCE RELANCE : DES PROJETS POUR LA TRANSFORMATION AGRICOLE DES OUTRE-MER

Le plan de relance est conçu pour investir massivement et rapidement dans les secteurs stratégiques, comme l’agriculture, pour notre économie, notre souveraineté et notre développement durable. Pour son volet agricole, 3 objectifs sont visés : la souveraineté alimentaire, la transition agroécologique pour une alimentation saine, durable et l’adaptation au changement climatique. La transformation de l’agriculture ultramarine en constitue l’une des priorités. Il est conseillé à tous les porteurs de projets de déposer leurs dossiers sans attendre.

Télécharger le flyer d’information